COP 21 - Conférence de Stéphane Gompertz (12 novembre 2015)

JPEG

Dans le cadre des "Rencontres de la Résidence des Pins" organisées par l’Ambassade et l’Institut français du Liban, en partenariat avec la Banque libano-française, l’ambassadeur Stéphane Gompertz a donné une conférence le 12 novembre à la Résidence des Pins, sur le thème « Lutter contre le dérèglement climatique : les enjeux de la COP 21 sur le climat ».

La 21ème conférence sur le climat, plus connue sous le nom de COP 21, aura lieu du 30 novembre au 11 décembre prochains à Paris. Il s’agit d’un rendez-vous international majeur dont les autorités françaises ont confirmé le maintien malgré les attaques terroristes qui viennent d’endeuiller la France Stéphane Gompertz a été nommé « Envoyé spécial climat de la France pour l’Afrique et le Moyen-Orient », avec pour mission de sensibiliser et de mobiliser le plus grand nombre pour les futurs accords de Paris. Il s’était à ce titre déjà rendu au Liban au mois de juin dernier, où il avait rencontré des militants et des chercheurs œuvrant dans le domaine de l’environnement et inauguré l’exposition de photographies de Yann Arthus-Bertrand « 60 solutions face au changement climatique » à l’Institut français

Au cours de sa prise de parole, Stéphane Gompertz a exposé les enjeux de la COP 21, dont l’objectif est d’aboutir à un nouvel accord international pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C. Devant un public composé notamment de spécialistes, il a notamment rappelé l’urgence de la situation planétaire, alors que le taux de concentration de CO2 n’a jamais été aussi élevé dans l’atmosphère, et que, pour la première fois cette année, la température mondiale a franchi le seuil de 1°C de réchauffement par rapport à la période préindustrielle.

Malgré un contexte général instable, dont a témoigné ce même soir la double explosion de Borj al Barajneh, le Liban doit se préparer à faire face aux conséquences du changement climatique. Avec des ressources en eau limitées, une très grande densité de population sur ses côtes, mais aussi la crise des déchets qui se prolonge et qui entraine une augmentation des risques sanitaires et pour l’environnement, le Liban était particulièrement vulnérable.

Mobilisée pour la COP 21, l’ambassade a également organisé dans la matinée du 12 novembre, en partenariat avec France Volontaires [lien], un atelier pour promouvoir l’engagement citoyen en faveur de l’environnement au Liban. Sur ces mêmes enjeux, l’ambassadeur avait publié le 9 octobre une tribune dans le quotidien L’Orient-Le Jour intitulée « Changement climatique : il y a urgence à agir »

JPEG

Dernière modification : 20/11/2015

Haut de page