Allocution prononcée lors de la cérémonie de fin du stage régional de lutte contre la fraude documentaire - 13 septembre 2013

Messieurs les ambassadeurs,
Monsieur le représentant du chef des armées
Messieurs les représentants des directeur généraux des FSI, de la sûreté générale, de la douane et de l’aviation civile,
Messieurs les généraux et directeurs,
Monsieur le directeur du CERSA,
Messieurs les formateurs et stagiaires,
Mesdames et Messieurs,

C’est vraiment une grande satisfaction pour notre ambassade de saluer votre travail réalisé cette semaine et de participer à la clôture de ce stage de « Lutte contre la Fraude Documentaire ».

Je voudrais commencer en vous félicitant pour l’accueil qui a été réservé aux stagiaires des six pays qui ont été invités à participer à cette première expérience : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, la Jordanie et l’Irak, sans oublier bien entendu les quatre stagiaires libanais de la Direction Générale des Forces de Sécurité Intérieure.

Je salue la Direction Générale de la Sûreté Générale, toute l’équipe du CERSA pour la qualité de l’organisation, ainsi que tous les formateurs libanais de la Sûreté Générale, le Capitaine Yehya ZAHER, le formateur et interprète du CERSA, le Capitaine Georges DAGHER, et l’expert français de la Police aux Frontières, le Capitaine Olivier PIEL, pour la qualité de l’enseignement dispensé durant cette semaine.

Je salue également l’ensemble des stagiaires venus des différents pays de la région, provenant d’administrations différentes pour leur participation active à ce stage, qui a, je crois, répondu à toutes leurs attentes, enrichi leurs connaissances et leur a permis d’échanger et nouer d’utiles contacts.

Le stage a été doublement innovant : il s’agissait, certes, du troisième stage à caractère régional organisé par le Centre de Renforcement de la Sûreté de l’Aéroport de BEYROUTH, le « C.E.R.S.A. », mais c’était le premier en matière de fraude documentaire, effectué avec l’appui de la Direction Générale de la Sûreté Générale, après les deux premiers réalisés en « Imagerie Radioscopique » effectués quant à eux avec l’appui de la Direction Générale des Forces de Sécurité Intérieure en novembre 2012 et plus récemment en juin de cette année.

C’était également, j’y reviendrai car c’est très important, le premier stage régional organisé au CERSA depuis l’obtention du tout récent agrément, donné par l’OACI, en tant que centre régional « AVSEC-OACI », ou « AVSEC-ICAO » pour les anglophones.

Le CERSA, centre de formation en sûreté aéroportuaire est, en effet, un bel instrument au service de la prévention des actes terroristes pour tous ceux qui empruntent l’aéroport de Beyrouth.

Ce centre est un bel exemple, un de plus dirais-je, de l’utilité et de l’efficacité de la coopération entre la France et le Liban. Il a été créé en 2008, avec le soutien de la France en partenariat avec le Liban et plus particulièrement avec le ministère de l’intérieur du Liban, dans le cadre d’un projet « FSP » de « Renforcement de la sécurité et de la sûreté de l’aéroport de Beyrouth ». Je sais que Messieurs les ministres Baroud et Charbel, et les différents directeurs généraux des administrations concourant au fonctionnement du CERSA, ont toujours suivi et soutenu avec attention les évolutions de ce centre et je les remercie, ici, pour la réussite de ce partenariat pour lequel la France a affecté un assistant technique permanent, aujourd’hui M. Eric Tessier.

Je tiens à souligner combien l’implication des différents acteurs, qui, venant eux aussi tous d’administrations différentes, 5 au total et qui représentent toutes les administrations œuvrant en sûreté aéroportuaire, c’est-à-dire l’Armée, les FSI, la Sûreté Générale, les Douanes et l’Aviation Civile, a permis au CERSA d’atteindre ce niveau d’excellence.

Je salue ici l’ensemble de ces différentes directions qui sont arrivées à conjuguer leurs compétences et leur volontarisme pour faire non seulement progresser ce centre, mais également progresser la sûreté de l’aéroport de Beyrouth.

Avec ce stage régional, nous clôturons la cinquième et dernière année de partenariat de ce programme de coopération, mais nous le clôturons de très belle manière avec, j’y reviens, l’obtention de ce fameux label « AVSEC-ICAO » qui permet au CERSA d’être pleinement reconnu par l’organisation de l’aviation civile internationale.

L’obtention de ce label concrétise en effet ces cinq années d’effort qu’ensemble nous avons su mener pour atteindre ce bel objectif, et qui doit permettre au Liban de reprendre toute sa place sur la scène régionale dans le domaine de la « sûreté », comme c’était déjà le cas avant l’année 1975. Rappelons ici qu’avec l’appui du projet FSP conduit par notre ambassade, 8 de ses formateurs ont obtenu la qualité d’ « Instructeurs-Associés ICAO » et le Directeur-Adjoint a pu obtenir un diplôme « ICAO » de haut niveau en tant que manager en sûreté aéroportuaire.

Je formule le vœu que le CERSA poursuive sa route sur les bons rails qui ont été posés, qu’il puisse former de nouveaux formateurs avec l’expertise des formateurs actuels, afin de préparer la relève de l’équipe pédagogique et d’assurer sa pérennité.

Je suis certain que le CERSA franchira brillamment cette nouvelle étape à la fin du projet FSP, fort des liens qu’il a su nouer avec notre ambassade et du soutien de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile de Toulouse. Ce partenariat avec l’ENAC a été réaffirmé et officialisé avec la convention de coopération, signée le 8 mai 2012, sous l’égide du ministre des travaux publics et des transports, Monsieur Ghazi ARIDI, entre nos deux Directions Générales de l’Aviation Civile.

De notre point de vue, la clé de la réussite présente et à venir réside dans les liens étroits et quotidiens du CERSA avec l’ensemble des services de sécurité de l’aéroport dépendant du Général TALOZIAN, chef de la sécurité à l’aéroport, ainsi qu’avec la Direction Générale de l’aviation civile libanaise.

Je souhaite enfin, c’est mon dernier vœu, que ce stage réalisé avec le soutien de la Direction Générale de la Sûreté Générale, soit renouvelé et puisse susciter autant d’engouement dans le futur.

Mesdames et Messieurs, encore bravo !

Je vous remercie

Dernière modification : 23/09/2013

Haut de page