Allocution lors de la cérémonie de remise des diplômes de l’ESA (Ecole Supérieure des Affaires, Beyrouth, 4 octobre 2013, 18h30)

Monsieur le Vice-Président de la chambre de commerce et d’industrie de la Région Paris Ile de France, M. Jean-Paul Vermes
Monsieur le Premier Vice-Gouverneur de la Banque du Liban, M. Raëd Charafeddine
Monsieur le Directeur des affaires internationales de l’Etablissement Français du Sang, M. Alain Beauplet
Monsieur le Directeur Général de l’ESA, cher Stéphane Attali,
Monsieur le Professeur Dominique Bertrand,
Monsieur le Vice-Président Etudiants de Paris Diderot, M. Mickaël Benzaki,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Je suis très heureux de me trouver parmi vous ce soir, pour célébrer le succès de jeunes diplômés aux carrières pleines de promesses, dans un moment de joie qui réunit des personnalités de tous les horizons, venues pour les unes du monde de l’enseignement et de la recherche, pour d’autres du monde de la santé publique, pour d’autres encore de l’univers de la banque, des affaires, ou de la haute fonction publique.

Cette cérémonie nous rappelle à quel point l’amitié franco-libanaise et la coopération entre nos deux pays est fructueuse, riche de bénéfices et de résultats concrets.

Elle nous rappelle aussi l’importance du rôle que tient l’Ecole Supérieure des Affaires dans cette relation. En moins de vingt ans, l’ESA est devenue un des lieux où sont formées les élites libanaises. Les étudiants y reçoivent des enseignements de très grande qualité, avec le concours et sous la supervision attentive du partenaire académique de l’Ecole, la Chambre de Commerce et d’industrie de la Région Paris Ile de France – qui gère également d’autres écoles prestigieuses comme ESCP Europe, HEC ou l’ESSEC –, et dont je voudrais saluer l’indispensable soutien. Au-delà de ce rôle, l’ESA est un lieu d’échanges, un lieu de rencontres où règnent le respect et la liberté intellectuelle, où la France et le Liban peuvent, sur tous les sujets, poursuivre leur dialogue et enrichir leurs relations.

L’ESA a été pionnière dans un domaine très important de notre coopération bilatérale, celui de la santé.
Les projets de coopération entre la France et le Liban sur ce sujet sont très nombreux. La mise en œuvre du programme CEDRE == qui permet chaque année de développer la collaboration entre laboratoires de recherche français et libanais ==, les programmes d’échanges universitaires entre hôpitaux, les programmes de formation des médecins, ou encore les relations entre les agences de biomédecine sont autant de facettes d’une collaboration particulièrement riche. Notre solidarité permet, des deux côtés de la Méditerranée, de faire avancer la recherche médicale, mais également de donner à tous les citoyens un meilleur accès aux soins.

La coopération franco-libanaise en matière de santé a franchi une étape importante en 2011, avec la signature d’un protocole de coopération entre les ministères français et libanais de la Santé. L’ESA joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre de cet accord, ayant signé, la même année, un accord tripartite avec l’Etablissement Français du Sang et le Ministère libanais de la Santé. Le projet devrait donner au Liban les moyens de disposer, de manière autonome, d’un système de transfusion sanguine de qualité. L’ESA, chargée de la coordination du projet, en est une pièce essentielle. Le don du sang est un sujet complexe, qui sollicite la mise en œuvre de compétences pointues. Je tiens à saluer chaleureusement le travail des responsables de l’Etablissement Français du Sang, en m’adressant à ceux qui sont présents parmi nous ce soir : merci pour votre travail et votre dévouement ! Dans cette tâche noble et difficile, la solidarité entre les peuples est un atout précieux, à maintenir, à entretenir, à pousser toujours plus loin. Je tiens à dire, devant vous tous, que votre présence est riche de sens.

Je me tourne maintenant vers les diplômés dont nous célébrons la réussite ce soir, au terme d’un parcours sélectif et très exigeant. Vous avez été des étudiants brillants, vous serez demain des décideurs, des manageurs, et vous aurez de grandes responsabilités. Je vous adresse mes très chaleureuses félicitations. Vous êtes issus de quatre voies différentes mais convergentes, quatre masters fondés sur les mêmes valeurs : l’excellence, l’innovation, et l’ouverture. Le master en management, le master en marketing et communication, le master en mangement de la finance islamique et le master en management de l’hôpital et de la santé sont des formations uniques au Liban. Ces quatre cursus préparent les étudiants à exercer d’importantes responsabilités en leur donnant les clefs de compréhension du monde contemporain. Qu’il s’agisse d’organisations publiques, politiques ou hospitalières, ou d’organisations privées, tournées vers l’industrie et la finance, ceux qui forgeront notre avenir devront faire preuve de discernement, de sens critique et d’ouverture d’esprit. Ces principes essentiels sont au cœur du projet pédagogique de l’ESA – je me permets de saluer le travail et le dévouement de M. Attali à cet égard, ainsi que de tout le corps enseignant. Les étudiants sont poussés à l’échange, à la rencontre, à la découverte de l’autre. Les jeunes diplômés que nous saluons ce soir ont participé à des séjours d’études à l’étranger, notamment à Paris et à Rotterdam : l’ESA est une école ouverte sur le monde, sur ce que peut nous apporter la rencontre avec des cultures étrangères, une école ouverte sur son temps.

Toutes ces valeurs qui font la qualité du projet pédagogique de l’ESA sont aussi celles de la francophonie. Le dialogue, le désir d’aller à la rencontre de l’autre, d’apprendre de lui : l’ESA incarne les valeurs de la francophonie et donne ainsi, à tous ses étudiants, les qualités nécessaires pour s’intégrer à un monde globalisé.

Mes derniers mots iront aux jeunes diplômés de ce soir, qui sont, d’une certaine manière, les enfants de l’amitié franco-libanaise, et qui portent aujourd’hui les espoirs de leurs aînés : à chacune, à chacun d’entre vous, je souhaite un très bel avenir.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 12/02/2014

Haut de page