14/07/2009 Interview de M. l’Ambassadeur à La Revue du Liban

La fête nationale française du 14 juillet constitue une belle opportunité d’identifier la qualité des relations mutuelles entre le Liban et la France qui ne cesse d’apporter son amitié et son soutien à ce pays. Certes, il est admis qu’il existe rarement dans l’Histoire des amitiés nées au creux des péripéties et des événements depuis tant de siècles, qui tendent à se perpétuer et à se renforcer au gré des événements et, surtout, au plus fort des crises. Pourtant, la France n’a cessé d’assurer son soutien au peuple libanais, pour le succès d’une grande cause à savoir l’édification d’un Etat, le rapprochement des communautés, l’ouverture vers les autres et le dialogue avec le monde. C’est à cette mission appartenant désormais à l’Histoire, que la France s’est constamment dévouée envers le Liban, dont la situation géographique et le rassemblement humain ont valeur d’exemple sur les bords de la Méditerranée des civilisations. Certes, les épreuves et les difficultés n’ont pas manqué, mais les engagements de la France ne cessent de se développer pour assurer le succès de la politique en faveur de l’indépendance et de la souveraineté nationale répondant aux voeux de tous les Libanais. Dans cet esprit et à l’occasion de la fête nationale française du 14 juillet -qui est également la nôtre- il nous a paru opportun de nous adresser à M. André Parant, Ambassadeur de France, qui s’est prêté avec son amabilité habituelle à notre demande pour un tour d’horizon des problèmes d’aujourd’hui.

Au cours de cet entretien, l’ambassadeur a salué le succès des élections législatives qui ont constitué "une véritable leçon de démocratie témoignant de la vitalité du peuple libanais".

Quant à la formation du gouvernement, l’ambassadeur espère que toutes les parties libanaises s’accordent à le voir constitué de manière représentative pour tout le pays, afin qu’il puisse oeuvrer en faveur des réformes profondes. Un sommet prévisible entre Damas et l’Arabie Saoudite traitera, sans doute, du Liban et la France et en ce qui nous concerne, voit d’un œil favorable tout ce qui est de nature à renforcer la stabilité de la région. Toutefois, la responsabilité de la formation du gouvernement incombe aux seuls Libanais.

PDF - 89.9 ko
Interview de l’Ambassadeur à La Revue du Liban 14 juillet 2009

Dernière modification : 21/01/2010

Haut de page