10/12/2009 Allocution de M. l’Ambassadeur à l’occasion de la Journée internationale des Droits de l’Homme

Allocution de Son Excellence Monsieur Denis Pietton, Ambassadeur de France au Liban à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme (10 décembre 2009) et de l’apposition d’une plaque portant le texte de la Déclaration internationale des droits de l’homme dans l’enceinte de l’Ambassade de France.

Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir au centre culturel français en ce jour symbolique, anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, proclamée à Paris en 1948 par les membres fondateurs des Nations unies.

Je tiens tout particulièrement à saluer la présence parmi nous de deux associations libanaises distinguées par la République française en 2005 et 2008 pour leur contribution remarquable à la défense des droits de l’homme :

L’association libanaise pour les droits civils, qui a reçu en 2005 une mention spéciale pour son rôle en faveur de l’abolition de la peine de mort au Liban ;

L’association pour la protection de l’enfant de la guerre, lauréate en 2008 du prix des droits de l’homme de la République française « liberté, égalité, fraternité » pour son action d’accompagnement des enfants traumatisés par la guerre.

Mesdames, Messieurs,

La défense des droits de l’homme constitue pour la diplomatie française et européenne une priorité de chaque instant, un élément indissociable de notre projet européen. Le Ministre français des Affaires étrangères et européennes a demandé aux Ambassadeurs que les ambassades de France soient des ambassades des droits de l’homme.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qui a en France valeur constitutionnelle, représente pour nous un programme d’action jamais achevé, un appel à la vigilance permanent en France comme au plan international.

Nul n’est exempt de critiques : les 47 membres du Conseil de l’Europe sont bien placés pour savoir que leurs systèmes recèlent des zones d’ombres et qu’ils conservent des marges de progression importantes. La Cour européenne des droits de l’homme est chargée de faire progresser les Etats dans la bonne direction.

C’est donc avec humilité que nous nous disons disposés et impatients de travailler avec les nouvelles autorités de la République libanaise en faveur du respect de nos valeurs communes.

Les défis sont nombreux : égalité homme femme, droits des enfants, respect des droits des travailleurs migrants, abolition de la peine de mort, amélioration des conditions de vie des réfugiés, etc.

Je souhaite vous annoncer que nous nous retrouverons très vite, début 2010, pour un évènement plus important, centré autour du lancement des projets sur fonds social de développement (FSD).

Les projets que nous financerons dans ce cadre d’adressent d’abord aux enfants en souffrance (victimes ou témoins de la guerre, mineurs en conflit avec la loi, victimes de maltraitance, de maladies, d’isolement, enfants handicapés). Ils s’adressent aussi aux femmes puisque nous appuierons des projets économiques locaux susceptibles d’améliorer leur situation sociale et mettant en œuvre des actions génératrices de revenu et d’emploi.

Mesdames, Messieurs,

En souvenir de ce jour de 1948 où les fondateurs des Nations Unies se sont accordés, fait sans précédent, sur les valeurs universelles qui nous rassemblent, je souhaite apposer cette plaque, qui porte le texte de la Déclaration.

Puisse-t-elle nous rappeler à tous la dignité humaine, dont chacun de nous est à la fois dépositaire et responsable.

Je vous remercie.

Version arabe

Dernière modification : 21/01/2010

Haut de page